ACCOMPAGNER LES PATIENTS
Espace médecin DryNites® - Diagnostic de l'énurésie
Ce contenu m’a aidé
2

Le diagnostic de l'énurésie

Istock _000010422478large

Réperer l’énurésie en consultation

Si l’acquisition de la propreté nocturne du jeune enfant est très souvent abordée par les parents, une enquête récente réalisée par l’Institut des Mamans révèle que seulement 23 % des mères d’enfants énurétiques de 6 à 11 ans interrogées rapportent que leur médecin aurait abordé spontanément cette question en consultation. L’énurésie restant un sujet tabou pour les parents et peu abordé par les médecins, on ne saurait trop vous recommander d’en parler en

consultation dès l’âge de 5 à 6 ans et bien plus tard si le sujet n’a jamais été soulevé.

L’étude montre, en effet, que « dans 12,8 % des cas, ni la mère ni le médecin n’ont parlé de l’énurésie, ce qui est une perte de chances non négligeables si l’énurésie devait persister plusieurs années ». *

 

Pour vous aider à mieux repérer l’énurésie, nous vous proposons une fiche d’ « aide à la consultation »,  réalisée à l’intention des médecins traitants et des médecins scolaires.

 

Comment l’aborder en consultation

 La question de l’énurésie peut être posée simplement en abordant le sommeil de l’enfant, surtout chez les 5-11 ans mais également chez les collégiens. Elle doit être systématiquement recherchée, en cas de visite médicale avant un départ en classe de découverte : cette perspective paralyse souvent les enfants du fait d’une organisation pratique ingérable, et les conduit à s’exclure du groupe de classe et s’isoler socialement.

L’énurésie doit faire l’objet d’une consultation à part entière, souvent longue, où « la démarche d’information et d’éducation » est essentielle. Lors de la consultation, il convient avant tout de dédramatiser la situation et d’instaurer avec l’enfant et ses parents un climat de confiance pour une meilleure alliance thérapeutique afin qu’ils puissent adhérer à la prise en charge. Celle-ci passe par le rappel des règles d’hygiène mictionnelle et hygiéno-diététiques et par la responsabilisation de l’enfant. Cette consultation doit également permettre de s’imprégner de l’ambiance familiale « autour du symptôme », des répercussions psychologiques qui peuvent être prédominantes,  et du retentissement de l’énurésie sur la vie familiale et relationnelle de l’enfant et sur ses performances scolaires.

Il est important de bien observer l’attitude de l’enfant durant la consultation :

• Paraît-il concerné, attentif ?

• Semble-t-il honteux, découragé, déprimé ou même indifférent ?

• A-t-il des attitudes de prestance ?

C’est en effet en analysant l’attitude de l’enfant que vous trouverez les mots-clés pour installer le dialogue avec lui.

Il est peut être utile d’écouter l’enfant « seul » afin de mieux apprécier sa gêne et sa motivation. Ce n’est plus à sa seule énurésie qu’on s’intéresse mais à l’enfant dans sa globalité et cela peut suffire à régler le problème. Selon certains auteurs , « quel que soit le type d’aide qui lui sera proposé, on va s’intéresser à lui, il va se retrouver non plus porteur d’une tare plus ou moins honteuse, mais un interlocuteur intéressant et crédible ».**

Il est utile de préciser à l’enfant, et à ses parents, qu’il ne peut pas être tenu pour responsable du fait de mouiller son lit puisque l’énurésie survient durant son sommeil, en dehors de tout contrôle. L’énurésie est « passive », échappant à tout contrôle par l’enfant « puisqu’il dort ». Alors, rendons l’enfant « actif » en lui confiant des  « missions », dans le cadre d’un contrat, en accord avec les règles hygiéno-diététiques recommandées qu’il devra respecter sans l’aide de ses parents. 

L’évaluation initiale portera sur l’observance des missions et non plus, dans un premier temps, uniquement sur le nombre de nuits sèches souvent désespéramment attendues et/ou le nombre de nuits mouillées  (nuages) qui risquent rapidement de décourager l’enfant. C’est en ce sens, qu’il semble préférable d’avoir recours au « renforcement positif » en ne proposant à l’enfant de noter que les nuits sèches sur le calendrier (soleil ou « smiley »). S’il a bien observé les « missions» qui lui sont prescrites, il sera également invité à le noter chaque soir sur son calendrier par un sigle de son choix (il s’agit d’un « poisson » sur le calendrier proposé).

 

Pour vous aider à aborder le sujet de l’énurésie lors de vos consultations, nous avons développé plusieurs outils adaptés, aussi bien pour les enfants que pour les parents.

 

La bande dessinée « Théo fait pipi au lit » est construite de manière ludique pour que les enfants comprennent mieux le trouble qu’ils sont en train de vivre. Ils pourront ainsi se reconnaitre au travers du héros Théo et se rassurer sur le fait qu’ils ne sont pas les seuls à mouiller leur lit. Ils découvriront également des petites missions à accomplir pour mieux gérer le pipi au lit  et agir comme des grands.

 

La brochure est dédiée aux parents souvent inquiets de voir leurs enfants continuer à faire pipi au lit. Il explique en détail les causes de l’énurésie et donne des conseils pour aider les enfants au quotidien. Vous pourrez ainsi la donner aux parents pour qu’ils se rassurent et puissent avoir tous les renseignements sur l’énurésie.

 

*   PHILIPPE C., PENVERN-CORTES S., LE PICARD A. : «Parler de l’énurésie :   enquête auprès des mères», Médecine et Enfance, 2011, 31: 54-9.

 

** BARTHE P., BARRET F. : « Aspects cliniques », in COCHAT P. : Enurésie et

troubles mictionnels de l’enfant, Elselvier, 1997 ; p. 83-8

 

TEMOIGNAGES

L'énurésie, en parler c'est déjà s'occuper de l'enfant.

Entretien entre le Dr Philippe et le Dr Samia

HAUT DE PAGE