L'énurésie primaire et secondaire chez l'enfant - Explications & conseils

0
Ce contenu m’a aidé
16

Enurésie primaire, secondaire, isolée… Les mots pour parler du pipi au lit sont nombreux : voici les clés pour mieux vous y retrouver.

I Stock _000020221592Large


L’énurésie est le terme médical pour parler de « pipi au lit ». On parle d’« énurésie » ou d’ « énurésie nocturne » si un enfant âgé d’au moins 5 ans n’arrive pas à se retenir d’aller faire pipi durant la nuit. C’est une action involontaire et incontrôlable. Il urine complètement et normalement sans s'en rendre compte.

Pourquoi 5 ans ? Car c’est l’âge où le contrôle des sphincters, c’est-à-dire les muscles qui permettent de contrôler la vessie, est habituellement acquis par l’enfant. Si votre enfant de plus de 5 ans fait pipi au lit, il est conseillé d’en parler avec votre médecin  pour qu’il vous aide à trouver une solution.

Pas d’inquiétude mais... il vaut tout de même mieux agir !

On distingue plusieurs types d’énurésies :

L’énurésie nocturne primaire : la plus fréquente.

Si votre enfant a au moins 5 ans et qu’il n’a jamais été propre pendant au moins 6 mois, il présente une « énurésie primaire ». C'est la forme la plus fréquente (75 à 85% des cas d’énurésie)(1,2), elle concerne :

49% des enfants entre 3 et 4 ans (mais à cet âge-là, ce n’est pas encore considéré comme une énurésie), 

11% entre 5 et 7 ans,

2 à 3% à l’adolescence.

Il existe de nombreuses raisons  qui peuvent expliquer que votre enfant ne soit toujours pas propre durant la nuit. Les causes peuvent être liées à un retard dans le développement de la vessie, à un problème hormonal, à des facteurs génétiques, etc. Il n’existe pas de gène de l’énurésie, mais les enquêtes familiales ont montré que si les deux parents avaient été énurétiques, le risque que leur enfant le soit également est de 77%. Cette proportion passe à 44% si un seul parent était énurétique et à 15% si aucun des deux parents ne l’était.

L’énurésie nocturne secondaire, c’est quand le pipi au lit arrive dans un 2e temps.

Votre enfant présente une « énurésie secondaire » s'il y a eu une période où il a été propre pendant au moins 6 mois, avant que les épisodes de pipi au lit ne réapparaissent. L’énurésie secondaire débute habituellement entre 5 et 7 ans. Elle peut être le signe d’un problème psychologique chez l’enfant en relation avec un événement : naissance d'un nouvel enfant, départ d'un proche, maladie dans la famille, échec scolaire... Plus rarement, elle peut être le symptôme d’un diabète de type 1, que le médecin pourra rechercher lors de la consultation.

Pour avoir un point de comparaison, sachez qu’un enfant énurétique sur trois fait pipi au lit au moins une fois par semaine et un sur cinq toutes les nuits.

On parle d’énurésie « isolée » s’il n’existe, en dehors de l’énurésie, aucun autre symptôme lié à l’appareil urinaire. Par exemple, si votre enfant a mal quand il urine, c’est peut-être le signe d’une infection : il faut alors, quel que soit l’âge de votre enfant, consulter un médecin.

De jour ou de nuit ?

L’énurésie est en général nocturne, mais si le pipi survient la journée, on parlera d’énurésie diurne, davantage considérée comme des fuites urinaires. Celle-ci peut être due à un retard dans le développement de la vessie ou peut être le signe d’une maladie sous-jacente. Si votre enfant n’arrive pas à se retenir d’aller aux toilettes durant la journée, il est conseillé d’en parler au médecin.

Comme vous le voyez, il existe de nombreux types d’énurésies. Faire pipi au lit est normal quand l’enfant est petit et après, il existe des solutions en cas d’énurésie. Dans tous les cas, sachez qu’il existe des conseils et astuces pour aider votre enfant à rester propre durant la nuit…et n’hésitez surtout pas à en parler avec votre médecin.

 

Sources bibliographiques :

1. Assurance Maladie. Site internet. https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/pipi-litenuresie/reconnaitre-enuresie-nocturne-enfant

2. Sibertin-Blanc D, Vidailhet C. Développement du contrôle sphinctérien et ses troubles. Site internet : Université de Rouen.

3. Aubert D et al. Énurésie nocturne primaire isolée : diagnostic et prise en charge. Recommandations par consensus formalisé d'experts. Prog Urol. 2010;20(5):343-9.

4. Girardin E, Parvex P, Cachat F. Énurésies et troubles mictionnels diurnes chez l'enfant. Rev Med Suisse. 2005;1(7):470-4

 

 

TÉMOIGNAGES

J’ai eu le même problème et j’en ai parlé avec mon fils. Je lui ai expliqué exactement ce qu’il se passait.

_ Camille, 37 ans

vous souhaitez nous confier votre témoignage ?

Contactez-nous via notre formulaire de contact !

Commentaires
0 Commentaires

HAUT DE PAGE